Partagez | 
 

 First crazy day - avec Rakki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Parvati Sharma


Depuis mon arrivée en Inde, j'ai rédigé : 216 , et je suis ici depuis le : 24/09/2015

MessageSujet: First crazy day - avec Rakki    Sam 20 Aoû - 21:57

First crazy day
rencontre très dynamique


L'air était lourd et humide, en ce mois d'Ashaŗh. Pourtant une légère brise faisait flotter, délicatement, le voile d'une jeune femme. A la terrasse d'une demeure typiquement indienne, celle-ci était assise en tailleur, sur un coussin relativement confortable, elle fixait la scène qui se passait sous ses yeux, d'un air absent. Autour d'elle, un groupe d'hommes et de femmes, d'âges différents, échangeaient autour du sujet du jour. « Il faut les éliminer ! Tout simplement ! Ces étrangers veulent faire la loi dans notre propre pays, montrons-leur de quoi ... » Le discours du vieillard se fit couper par un brouhaha général. Dans son coin, Parvati pensait paraitre inaperçue, pourtant Abilasha l'examinait sans prendre part au débat du jour. Lorsqu'elle sentit enfin le regard insistant de sa mère adoptive, la belle indienne leva les yeux en sa direction. Les iris sombres de la matrone semblaient vouloir dire "qu'est-ce qui te rend si distraite ?". « Nous allons les toucher au cœur » Lança Abilasha, comme pour clore les discussions abstraites qu'avaient commencé à lancer les hommes du clan. Tout le monde se tue, comme si la parole de cette femme était d'or. Elle reprit. « Un grand gala sera donné en l'honneur de l'élection du nouveau Vice-Roi des Indes, nous allons infiltrer cette soirée et éliminer les grands benêts de cet état » Tout le monde s'observait, sans rien oser dire. Comment voulait-elle que des gens du clan arrivent à infiltrer ce qui serait, sans aucun doute, l'évènement le plus sécurisé de l'année ? « Parvati ? » La jeune femme sursauta presque en entendant sa mère l'appeler. Tous les regards se tournèrent en direction de la belle qui n'avait pas prononcé le moindre mot depuis le début de la réunion. La femme-chef lui lança une lettre cachetée à ses pieds, qu'elle empressa de prendre entre ses doigts maigres. « Tu prends dès ce soir le train en direction de Delhi. Tu iras à l'adresse indiquée sur l'enveloppe et tu devras entrer en contact avec un membre, fraichement engagé dans le groupe, appelé Rakesh Mangeshkar . L'ordre de mission est dans cette lettre et tu la liras en présence de cet homme ... » Un homme prit la parole, il se tenait à deux personnes de Paro. C'était Naveen, son frère adoptif. « Mère, j'ai promis à Paro de l'emmener à ... » Abilasha fit taire son fils d'un geste de main. « Vous n'êtes plus des enfants. Parvati a atteint l'âge requis pour participer à certaines missions. Celle-ci, si elle est réussie, devrait nous permettre d'éviter de nombreuses arrestations futures. Nous sommes traqués comme des bêtes. Il est temps de nous venger. Parvati, pars te préparer, tu m'enverras une lettre lorsque tu auras pris contact avec ce Mangeshkar. » Sur ces mots, la jeune femme se releva pour aller saluer sa tendre mère, celle qu'elle respectait comme l'incarnation d'une déesse du panthéon hindou. Elle adressa des salutations respectueuses aux autres membres du clan et parti, sous les yeux inquiets de Naveen et le regard amusé de Samir, son autre frère adoptif.

Cela faisait plusieurs heures que le train de la capitale s'était arrêté à Delhi. Il était tard, peut-être vingt heures passées. La belle indienne marchait dans les rues de cette grande ville, le visage recouvert par un voile aux couleurs de son sari : noir. Elle déambulait dans les ruelles bondées de Delhi à la recherche de l'adresse indiquée sur cette petite enveloppe. Sur le point de désespérer, la belle s'arrêta devant une enseigne sobre mais explicite qui indiquait l'exacte utilité dudit lieu. Une maison de plaisir. Mais où la patronne l'avait-elle encore envoyée. Parvati compara l'adresse sur le papier et celle affichée devant son regard dubitatif. Elle n'avait pas le temps de tergiverser pendant des heures, il se faisait tard et les clients s'enchaînaient à la porte de ce modeste établissement. L'indienne passa le portail pour pénétrer dans un univers qui lui était totalement inconnu.

« Nous n'acceptons plus de nouvelles courtisanes, passe ton chemin » Un grand colosse fit son apparition face à elle, alors qu'elle venait tout juste de passer le pas de la porte. Elle ne le remarqua pas immédiatement, ne pensant pas que cette phrase lui était dédiée. Quand elle comprit qu'il lui parlait, l'indienne fit glisser son voile en arrière pour découvrir son visage. Elle le fixait de ses prunelles sombres au regard indescriptible. « Rakesh Mangeshkar » Siffla-t-elle en un murmure à peine audible. « Puisque je vous dit d'aller voir dans d'autres maisons du quartier, nous n'acceptons pas de nouvelles courtisanes » Cette tête de mule ne captait pas l'intensité de sa demande. Se moquait-il d'elle ? Parvati jeta un coup d’œil autour d'elle. De nombreuses femmes, toutes aussi belles les unes que les autres, usaient de leurs charmes et de leurs talents pour hypnotiser les clients qui étaient affalés sur des piles de coussins. Une odeur d'encens mêlée à diverses essences de fleurs, flottait dans l'air. L'ambiance tamisée ne permettait pas de distinguer les visages derrières les nombreux rideaux transparents que comptait la pièce. Alors que l'homme de l'entrée continuait de la fixer de son regard noir, prêt à la jeter dehors, de nombreux clients qui entraient dans le domaine la reluquaient comme si elle n'était qu'un vulgaire bout de viande. Détestable. Insupportable. S'ils savaient qui ils avaient sous les yeux, ils se raviseraient vite. « Rakesh Mangeshkar » Fit-elle, sur un ton plus insistant, tout en recouvrant à nouveau son visage, elle montra une lettre au colosse, indiquant l'adresse du lieu. Soudain quelqu'un interrompis cette mascarade.






ₓfin d'une vie indigèneₓ
❝J'ai rêvé d'une vie où nous serions tous égaux devant la justice. Tous les hommes, toutes les femmes, travaillant dans un même but : le bonheur. Un monde utopique où même une jeune femme indienne, une orpheline, trouverait sa place parmi les autres mortels. Un rêve intouchable.❞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
First crazy day - avec Rakki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panel avec volant + pedal, POUR QUEL JEUX ?
» Crazy Joker coaché par Sarkobolt
» couper Queu avec un marteau
» Jouer avec une sauvegarde d'un autre PC
» Tutorial: Bien débuter avec Photoshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Empire of India :: India :: Delhi-
Sauter vers: